Yin-Yang – Le système Yin-Yang chinois

Posted By Claire Zmiro - 柯灵 on lundi 14 Août 2017 | 0 comments


Le Yin-Yang est un cycle. La pensée chinoise est essentiellement basée sur l’observation des cycles de la nature : le jour et la nuit, les saisons, les années et, par extension, tous les phénomènes en découlant, comme le chaud et le froid, la lumière et l’obscurité, la sécheresse et la pluie, etc.

Face à ces phénomènes répétitifs, prévisibles et logiquement mesurables, se présente tout de même un certain nombre d’événements imprévus, voire imprévisibles, que le chamane allait devoir estimer par des moyens non logiques. Mais qu’ils soient logiques ou non, les systèmes d’observation de la Chine ancienne conservent un dénominateur commun : le cycle Yin-Yang.

A l’origine, avant l’invention du Yin-Yang proprement dit, le chamane, voulant placer les humains dans une relation entre le ciel et la terre, se livrait au jeu de la divination sur des carapaces de tortues ; le plastron représentant la terre et la carapace la voûte céleste. Plus précisément, la technique était la suivante : en soumettant ces carapaces à l’épreuve du feu il prenait connaissance de la « volonté des esprits » dans les craquelures qui en résultaient. Ainsi une craquelure droite signifiait que le moment était faste ; et oblique, néfaste.

Aussi primitive qu’elle puisse paraître de nos jours, cette technique oraculaire n’en est pas moins à l’origine des proto-idéogrammes chinois, et donc de l’écriture elle-même, puis du Yi Jing, le fameux livre des mutations, et enfin de la théorie du Yin-Yang, intimement liée au Yi Jing.

Ce Yi Jing est un très court recueil qui résume en 64 hexagrammes toutes les situations possibles que l’on rencontre dans l’existence. Chacun de ces hexagrammes est composé de six traits, soit Yin, soit Yang. Et c’est de la combinaison de ces six expressions du Yin-Yang qu’est tiré l’oracle, lui-même rendant compte, grâce au phénomène de la synchronicité, de ce que la seule logique ne sait pas appréhender.

 

IMG_0594

Loin de la classification rigide à laquelle s’accrochent beaucoup d’Occidentaux – du genre : la femme est Yin et l’homme est Yang – le Yin-Yang est au contraire un moyen d’apprécier les mouvements, les changements, qui sont en train d’avoir lieu. Ce qui, par conséquent, permet de mieux se positionner pour aborder ce qui viendra.

Cette théorie qui peut paraitre simpliste au premier abord, ou au contraire trop complexe selon comment elle est transmise, est en fait une manière tout à fait globale d’analyser toutes sortes de situations auxquelles la vie nous confronte. Dans le livre Jaune, Huang Ji Nei Jing, il est également présenté. Le Yin et le Yang permettant de définir le type d’énergies. Ces types sont différents selon pays dans lequel on vit et selon même les régions d’un même pays. Personne ne niera que du Nord au Sud de la France, les énergies sont différentes. Dans ce même ouvrage, ces types d’énergie sont définies à partir du Yin et du Yang et il est expliqué que l’énergie de l’endroit où l’on vit influence la typologie du caractère des personnes. Toujours cet exemple du Nord au Sud, on voit en France ces différences très nettement sans avoir étudié la sociologie ! Ces différents caractères sont alors déterminés à raison de 5 types par éléments, et seraient au nombre de 25.

L’analyse de cette théorie Yin Yang est incroyablement riche car cela créé une grille de lecture, valable pour toutes choses.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*